FANTOME D’AUTREFOIS

 

IMG_3451

 

Les vieilles pierres tremblaient dans le souffle chaud de l’été

De sa terrasse, elle contemplait l’antique maison délabrée

Depuis combien d’années se dressait-elle ainsi sur ce piton rocheux

Dévorée peu à peu par les ronces et les buissons épineux

 

Son imagination vagabonda, ses yeux se voilèrent, la femme rêvait

Elle se rappelait les légendes des anciens, qui, toute jeune la faisait frissonner

Une jeune femme était morte là, disait-on, laissant comme trace son soulier de satin

Un mal foudroyant l’avait-il emporté ? ou de désespoir avait-elle sombré un matin ?

 

La femme sous ses yeux clos songeait à un amour impossible

Qui aurait lié la belle à quelque soupirant inaccessible

Pour lui, elle n’était qu’un jeu, à laquelle il promettait un avenir plaisant

Pour elle, il était tout, son âme, sa vie qu’elle lui offrait en riant

 

Mais la folie des hommes décida un jour pour ces jeunes amants

La guerre qui grondait emporta loin d’elle son merveilleux amant

Elle espérait à nouveau entendre sonner le heurtoir au doux bruit

Puis un soir, n’ayant plus de larmes à verser, rendit son âme à l’infini.

 

19/09/2011

Publicités
Publié dans Poésies | 3 commentaires

LE JEU DE LA VERITE

Je reprends moi aussi le jeu de Pat Sourire

Qui veut jouer ?

Qui-es-tu

01 : C’est quoi ton petit nom ?

02 : Habites-tu près de chez moi ?
03 : Qu’est-ce que tu penses de moi ?
04 : Qu’est-ce que tu as pour moi ?
05 : M’embrasserais tu ?
06 : Voudrais tu me tuer ?
07 : Décris moi en 3 mots ?
08 : Si tu m’avais avec toi pendant 30 minutes qu’est-ce que tu ferais ?
09 : Qu’elle a été ta première impression sur moi ?
10 : Penses-tu encore la même chose ?
11 : Que te rappelles tu de moi ?
12 : Si tu pouvais me donner n’importe quoi, que serait ce ?
13 : Comment t’y prendrais-tu pour mieux me connaitre ?
14 : Qu’est-ce que tu aimes le plus en moi ?
15 : As-tu déjà voulu me dire quelque chose que tu pouvais pas me dire ?
16 : Pourrais-tu un jour m’aimer ?
17 : Donne-moi un surnom et explique-moi pourquoi ?
18 : Vas-tu mettre ça sur ton blog pour voir ce que j’ai à dire de toi ?
19 : As-tu quelque chose à me dire avant de quitter mon blog ?
Publié dans Humeurs | 5 commentaires

AMOURS ARTIFICIELLES

 

atelier de Ghislaine avec les 8 mots :

Ruisseau, heure, univers, présence,

dame, destinée, étoile, vision

avatarlove-309004

Les jours avaient passé s’écoulant comme ruisseau

Nul drame cependant, juste un baisser de rideau

Partager tant et tant , de ses rires à ses larmes

Qu’il offre à présent à cette âme, sa dame

 

C’est la destinée, me disait-il, badin

Je répondais trahison, à son visage serein

Il me la racontait, danseuse aux sept voiles

Et au fond de ces yeux brillait son étoile

 

D’erreurs en errances, mon cœur comptait les heures

Mais dans cet univers factice, nulle vision, nulle lueur

Qui éblouirait ma vie de bonheurs artificiels

Non, fixée sur ma rétine, persiste leur union virtuelle

 

Mon espoir si ténu, a du attendrir les dieux

Un coup de tonnerre emplit cet univers toujours bleu

Envolée la douleur, le voici revenu, et vers moi s’avance

Hésitant et timide, l’amour triomphant nous envahit de sa présence.

Publié dans Ateliers | 4 commentaires

Le chat et la louve

 

chat et loup

 

De sa démarche de sénateur

Un matou d’un noir d’ébène se baladait

Museau levé il appréciait les douces senteurs

Du printemps joli qui fleurissait

 

Non loin de lui, dans la sombre forêt

Une louve à la blancheur éclatante

Dans l’eau du ruisseau se désaltérait

Eparpillant l’onde en gouttelettes scintillantes

 

Ces deux-là jamais n’auraient du se rencontrer

Mais voyez comme le destin est malicieux

Au détour d’un fourré aux épines acérées

Le matou effrayé n’en croyait pas ses yeux

 

Au lieu de s’enfuir comme il se devait

Il tomba sous le charme de cette fourrure neigeuse

La louve, perplexe se demandait “est-il bon à croquer “ ?

Puis se rapprocha moins affamée que curieuse

 

Se flairant du bout du nez en de timides approches

Les deux compères finirent par s’apprécier

Alors lentement la louve s’étendit sur la roche

Et le matou, heureux, contre elle vint se pelotonner.

Publié dans Poésies | 6 commentaires

MES BEBES :)

 

Bonjour à tous !

Je vous présente les deux recueils que j’ai publiés.

J’y ai mis le temps mais ça y est ils sont là !

Avec VOYAGES, je vous propose,

rassemblés autour de 4 Thèmes :

la vie

l’amour et la passion

les voyages

la Corse

des poèmes qui vous transporteront pour des voyages dans votre imaginaire, vos sentiments, vos émotions…

            Voyages Saison 1 couverture                                                           Voyages-Saison 2 couverture

Si vous souhaitez en commander voici l’adresse où me contacter :

les.grandes.arches@hotmail.fr

Très bonne journée à tous

et

gros bisous !!!

Publié dans Poésies | 3 commentaires

Bonjour à tous !

bisous 7

 

 

Pas trop présente en ce moment, rien de grave, un peu surbookée c’est tout.

Mais je ne vous oublie pas Sourire

Gros bisous.

Su

Publié dans Humeurs | 2 commentaires

Où il est question d’amitié particulière.

Atelier 32 semaine 2 chez Ghislaine

cheval et chaton

Un cheval et un chaton s’étaient liés d’amitié. D’abord étonné de cette petite boule de poils qui effrontément venait se frotter à ses jambes, Hector le vieux percheron finit par en prendre l’habitude.

Tout les matins, Jules le vieux paysan attelait Hector pour s’en aller creuser ses sillons. Dès que Grisou entendait se fermer le grand portail de l’écurie, il bondissait à leur suite tout content de se dégourdir les pattes.
Comme tout jeune animal, le chaton flânait ici et là, jouant avec les herbes folles, poursuivant une abeille, mais gardait un œil vigilant sur son grand copain, qui lui avait une tâche sérieuse à accomplir.
De temps en temps, Grisou observait le manège incessant de la charrue qui patiemment fendait la terre de son soc. Puis il repartait, fouinant à la recherche d’un mulot, à travers les buissons tout proches.
Le soir venu, la petite troupe rentrait enfin, et Hector retrouvait le calme et la fraicheur de sa litière qu’il foulait à sa convenance. Ses flancs frémissaient encore sous l’effort fourni. Grisou tout étourdi par ses jeux, se roulait en boule dans la paille, ses jolis yeux clignant de fatigue.
Hector attendri, soufflait doucement sur le chaton, le débarrassant de quelques brindilles fanées accrochées à sa fourrure.
Publié dans Ateliers | 5 commentaires